http://ladernieresequence.wordpress.com/ - http://www.hollywoodreporter.com/http://ladernieresequence.wordpress.com/ - http://www.hollywoodreporter.com/

http://ladernieresequence.wordpress.com/ - http://www.hollywoodreporter.com/

 

Le docteur Ryan Stone (Sandra Bullock) part en villégiature dans l’espace avec  pour compagnon d’infortune le plaisant astronaute Matt Kowalsky (George Clooney). Malheureusement pour eux, le premier voyage spatial du jeune docteur va très mal se passer : un satellite russe se brise et les déchets de ce dernier voguent en orbite à une vitesse folle. La puissance des impacts détruit d’autres satellites formant une véritable tempête de débris qui ravage au passage le vaisseau de Stone et Kowalsky. Seuls survivants de la catastrophe, ils tentent le tout pour le tout : rejoindre une station non loin de là pour parvenir à rentrer sur Terre en un seul morceau. Mais il faut faire vite, les débris satellitaires en orbite continue leur course ravageuse…

 

Huis-clos surprenant

Gravity est un huis-clos original et étonnant : l’héroïne est quasi-seule à l’écran, sa prison est infinie et son problème est légèrement plus grave que de simplement être coincée dans une pièce sombre… Sandra Bullock prouve ici qu’elle n’est pas qu’une actrice de comédies. Elle interprète une astronaute convaincante et d’une forme olympique. Sportive et volontaire, ce docteur Stone est loin de se laisser abattre. Avec l’aide de son coéquipier, elle voyage dans l’espace avec pour seul objectif de rentrer sur Terre.

C’est avec émotion et beaucoup de frustration que l’on suit les aventures du docteur Stone. Emotion bien sûr, car elle se rend compte que sa vie ne tient qu’à un fil (littéralement !) et que pour survivre, il va falloir se battre. De la frustration aussi car (tous les spectateurs seront sans doute d’accord) voir des êtres humains perdus dans un espace gigantesque sans gravité avec pour seule chance de survie un fil négligemment accroché à une station spatiale, c’est la boule au ventre garantie ! « Attrape cette corde, mais attrape la !! » doit être approximativement la pensée de tout un chacun, pratiquement tout le long du film.

 

Péripéties et rebondissements à gogo

Puisque la destruction d’une station ne suffisait pas à venir à bout de Sandra Bullock et George Clooney, les scénaristes ont imaginé une épopée semée d’embuches digne d’Ulysse lui-même pour leur mettre d’autres bâtons dans les roues. Manque d’O2, incendie… les péripéties ne manquent pas !

Point de spoiler ici, simplement un avis apostériori : certes le spectateur est subjugué, mais avec le recul, aucun humain normalement constitué n’aurait pu survivre à plus d’une attaque de débris lancés à des centaines de kilomètres heures. Certaines scènes ont donc été un peu trop hollywoodiennes. Néanmoins, cela reste un très bon moment de cinéma, où le suspense est à son comble, comme cela devrait être le cas dans chaque film digne de ce nom…

 

Effets spéciaux à couper le souffle

Quid de la technique ? Car, bien entendu, l’histoire n’aurait jamais été si adulée du public sans des effets visuels et sonores à tomber par terre. Sans rentrer dans les détails, et juste histoire de convaincre les sceptiques, sachez que la NASA et quelques astronautes ont salué le travail de réalisation d’Alfonso Cuaron, affirmant que les sensations, les sons, la gestuelle et les décors étaient réalistes au possible. Certains avaient même l’impression d’y être… De quoi nous donner le tournis !

 

Retour à l'accueil